Listen to this article

Communiqué de Régis BANQUET, en réponse à Danielle Hérin, du jeudi 4 février 2021

 

En réponse à la Députée de l’Aude, Mme Danièle Hérin, qui intimait le SYADEN dans les précédentes colonnes de l’Indépendant à accélérer le déploiement de la fibre optique dans l’Aude, je souhaite réagir pour mettre à jour les informations portées à la connaissance de nos lecteurs.

Le Président du SYADEN se félicite que la Députée, Danielle Hérin, se préoccupe de ce dossier brûlant car l’Aude aura besoin de toutes les forces de la représentation nationale pour défendre les spécifiés de ce dossier. A cet effet, je l’invite à échanger sur le sujet dans les meilleurs délais car les audois ont besoin d’être fixés sur leur avenir.

Vu que le compte n’y est toujours pas de la part de l’Etat (10% d’aide validés aujourd’hui), une seule question se pose : la France peut-elle mettre à l’écart de la technologie de la fibre optique une frange de la population de l’Aude ? Le débat est lancé !

# Une couverture du territoire à plus de 40% des engagements du SYADEN

Contrairement aux chiffres relevés par Mme la Députée, prétendant que le SYADEN était en retard au point de n’avoir couvert que 14% du territoire, ce sont aujourd’hui 41% des prises relevant du projet rural qui ont été réalisées par le SYADEN, ce qui représente 46 000 prises livrées sur les 110 000 que compte le projet en zone publique. Ce chiffre fait ainsi basculer le dossier audois dans la moyenne haute des projets les plus avancés.
Dans cette dynamique, le SYADEN maintient ses efforts de déploiement sur l’ensemble du département en s’appuyant notamment sur des entreprises implantées sur notre territoire qui mobilisent près de 500 emplois directs dédiés au projet. L’objectif de la fin de l’année 2021 sera de couvrir 65% à 70% des abonnés de la zone publique.

# Fin 2022 : fin de la phase 1

Une fois la première phase du déploiement réalisée, l’objectif est de couvrir tous les audois en fibre optique à fin 2025 conformément aux engagements de l’Etat. Néanmoins, cette seconde phase du projet est la plus exigeante à réaliser et nécessite donc un soutien important de l’Etat, comme l’ont précédemment affirmé d’une même voix le Président du SYADEN Régis Banquet et la Présidente du Département Hélène Sandragné.

# Niveau d’aide de l’Etat inférieur à la moyenne des autres projets soutenus

Sur les 11 projets bénéficiaires de 443 M€, représentant 17 départements, nous devrions être en moyenne aux alentours de 26 M€ par projet, or, comme vous le savez, l’Aude sera bénéficiaire de 9,5 M€.

Ce net décalage de niveau d’aide de l’Etat en la défaveur du projet audois est tout simplement lié aux limites d’un modèle de péréquation territoriale qui est mis en place. En effet, le mécanisme étant fondé sur le volume d’abonnés à raccorder, l’extrême ruralité de cette partie de l’Aude n’enregistre que 23 000 prises potentielles, ce qui est bien inférieur à d’autres territoires plus denses qui vont percevoir autour de 45 M€ d’aides. De plus, la faible densité de population de ce secteur (15 hab/km², contre 80 hab/km² en Occitanie et 105 hab/km² en France), cumulée à de nombreuses zones de montagne, renchérissent sensiblement les coûts du projet qui s’élève à 91 M€, et qui représente ainsi près de 4000 € à 6000€ par abonné.

Enfin, je tiens à souligner l’effort de l’Etat au niveau national et je me félicite du volontarisme de l’Etat pour accélérer de déploiement du tout fibre à l’horizon de fin 2025, mais je veux pointer simplement du doigt l’inadéquation du modèle d’aménagement du territoire par rapport aux réalités et besoins de notre département.

Pour atteindre l’objectif, de nouveaux partenariats devront être noués avec les collectivités de l’Aude et la Région, mais sans une aide conséquente de l’Etat, rien se sera possible.

Régis BANQUET, Président du SYADEN